Contenu du journalEdition 354EDUCATION

Lycée d’Excellence, une bonne idée mal ficelée

Lorsque le gouverneur Salami arrive au gouvernorat en mai 2016, il trouvera une structure qui a commencé à perdre pied. Le lycée affiche alors une dette de 18 millions FC pour les primes des enseignants et pour l’administration de l’école. Par ABDOU Faissoili

L’association des parents d’élèves reçue alors par le gouverneur se plaint par rapport aux charges qu’elle supporte afin de permettre au lycée de survivre. En effet, cela faisait déjà cinq mois que les parents étaient contraints de mettre la main à la poche pour couvrir les dépenses liées à la scolarité de leurs progénitures et le fonctionnement du lycée d’Excellence. Les sources de financements du Lycée lancé par Anissi Chamsidine qui provenaient essentiellement de la taxe sur le girofle avaient visiblement commencé à tarir.

Les élèves ne dormaient plus à l’internat. « On était alors à la fin de l’année et vu l’urgence, il leur a dit qu’à ce moment-là, ce qu’il pouvait faire c’était de les accompagner à faire les examens de fin d’année et puis voir comment s’y prendre pour la rentrée suivante », nous explique un ancien collaborateur du gouverneur qui a requis l’anonymat. Des enseignants sont alors engagés pour des cours de soutien jusqu’aux examens. L’idée était de parer au plus urgent. Et pour ne rien arranger, la situation a avait commencé à se compliquer. À la fin des examens, l’administration en charge de la gestion de la cité universitaire de Patsy où logeaient jusque-là les pensionnaires du lycée d’excellence informa les autorités insulaires qu’elle ne pouvait désormais accueillir les lycéens, car ils ont eu un effectif important d’étudiants à loger. Devant cette série de difficultés, le gouverneur Salami décida de supprimer l’internat et le remplacer par une bourse mensuelle qui sera versée à chaque élève (30 à 40.000 FC) selon le niveau : Seconde, Première ou Terminale.

Le gouvernorat payait également les primes des enseignants tout en renforçant les cours de soutien du début à la fin de l’année. Cela a été fait sans faille jusqu’à la chute du gouverneur, assure notre interlocuteur.

À lire également :

Mots clés
Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!
Close