Contenu du journalEdition 221Réligion

POUR L’AUGMENTATION DE NOTRE FOI

La foi en islam est capitale. Raison pour laquelle chaque croyant s’attachera à veiller à son affermissement et à son augmentation afin de donner sens à sa vie, d’obtenir l’agrément du Seigneur et de bénéficier, ainsi, de la réussite tant sur terre que dans l’au- delà.

La foi est un ensemble d’affirmations par le cœur, la langue et les actes. La déclinaison de ses piliers permet de mieux la définir. Dans une conversation avec l’ange Djibril, le Prophète(SAS) a dit : « la foi est que tu crois en Allah (seul et sans associé) en Ses anges, en Ses livres, en Ses messagers, au jour dernier et que tu crois au Destin, bon ou mauvais soit-il ».

« la foi est parole, acte, et intention. »

S’agissant de ses branches, le Prophète (SAS) a précisé : « la foi comprend 77 et quelques branches… La meilleure d’entre elles est la parole lâ ilâha illâ-llâh; et la branche minimale consiste à ôter le nuisible de la route. Quant à la pudeur, elle est une branche de la foi ». Il ressort de par ces affirmations que la foi soit fondée sur un triptyque : l’adhésion véridique de la langue et du cœur, puis l’accomplissement des actes. Notre Imam Chafi l’a exprimé avec délicatesse : « la foi est parole, acte, et intention, et l’un des trois ne se désolidarise de l’autre ». Aux frères et aux sœurs qui se réfugient derrière l’expression « yendrogo nde niya » (c’est l’intention qui compte) trouveront ici un argument pour se reformer. Ibn Al Qayyum, dans cet élan, a mentionné que « la foi est parole et acte ; or la parole est tant parole du cœur que de la langue, et l’acte est tant acte du cœur que du corps ». Plus fort encore il asséna : « et l’explication de cela est que celui qui connaît Allah de son cœur mais n’avoue pas de sa langue, n’est pas un croyant ».

Comment peut-on prétendre avoir la foi en se dispensant des piliers de l’islam par les actes, en étant attaché par le cœur et la parole aux interdits et péchés ? D’où la justesse de l’approbation de l’ancien Khalif Omar Ibn Abdel Anziz : « la foi comporte des devoirs, des droits, des interdictions et des pratiques. Celui qui respecte toutes ces prescriptions possède une foi parfaite ; celui qui ne les respecte pas entièrement ne possède pas la foi parfaite ». Prenons l’exemple de la pudeur qui va de pair avec la foi. Etre pudique se rattache à la fois au niveau des actes et des paroles. Manquer de pudeur est désobéir à Allah et au Messager avec comme conséquence la diminution de la foi.

Les signes de la diminution de la foi

Avant d’entrer dans le vif du sujet questionnons-nous : la foi peut-elle diminuer et quels sont les signes ? Et quels actes à entreprendre pour l’augmenter ? La communauté des Ulémas est unanime sur le phénomène de l’affaiblissement et de l’augmentation de la foi. Nous citons un verset et un hadith qui démontrent sa variation et son intensité: « Et quand une sourate est révélée, il en est parmi eux qui dit : « quel est celui d’entre vous dont elle fait croître la foi ? « Quant aux croyants, elle fait certes croître  leurs fois, et ils s’en réjouissent » (S9V124). Le prophète (SAS) a dit : « il arrive que le cœur du croyant soit recouvert par des nuages, comme c’est souvent le cas de a lune, ce qui lui fait perdre sa clarté ; ensuite, lorsque ces nuages disparaissent le cœur resplendit à nouveau ».

A la lecture de plusieurs textes d’éminents savants comme Cheikh Uthemine, nous avons sélectionné quelques causes de l’affaiblissement et de la diminution de la foi.  Il s’agit par exemples de l’absence de savoir religieux, de méditation sur les preuves de la grandeur et de la puissance d’Allah, l’abandon de l’obéissance à Allah, les fréquentations d’un environnement non religieux et de personnes non attachées à la piété et au respect des préceptes de l’islam. En y opposant ces causes par d’autres positives, nous aurions un début de réponses sur celles permettant d’affermir et d’augmenter notre foi.

Pour affermir et augmenter sa foi

La connaissance des noms et des attributs d’Allah concourt à accroître notre foi. Comment avoir foi à son Seigneur, l’aimer, l’obéir sans Le connaître ? « La compréhension des noms et attributs d’Allah est la plus noble des sciences religieuses…Connaître Allah et comprendre Ses noms, Ses attributs et Ses actes relève de la plus éminente de toutes les sciences ».

La lecture, l’écoute, la compréhension et la méditation des paroles de Dieu- le Noble Coran- en est une des causes de l’augmentation de la foi. Il est le « guide pour les gens », « la preuve de la  bonne direction et du discernement », « une grâce », « une guérison et une miséricorde pour les croyants » nous rappelle le livre saint. Que facebook, Messenger et les distractions ne supplantent pas cette activité.

Ce qui revient à aborder l’autre volet qui est le détachement du cœur à ce bas monde pour privilégier l’autre monde. En effet l’amour excessif de ce monde est à l’origine des péchés qui noircissent le cœur, l’endurcit et nous évite d’affermir et d’augmenter notre foi. Yahya ibn muandh disait que « ce monde est le vin du diable. Celui qui s’en enivre ne se réveille qu’au milieu des morts, dans le regret avec les perdants ». A l’opposé, il revient au musulman d’intensifier les bonnes actions d’obéissance, les bonnes œuvres de bienfaisance. L’augmentation de la foi suppose, en conséquence, l’éloignement et l’abandon des actes de désobéissance. Aucun péché n’est à minimiser.  Ceci me rappelle Ibn Masud comparant le croyant au pervers en ces termes : « le croyant voit ses péchés comme une montagne au pied de laquelle il est assis et dont il craint qu’elle s’écroule sur lui. Tandis que le pervers voit ses péchés comme une mouche qui passe à côté de son nez et à laquelle il fait comme cela (la chasse avec un mouvement de sa main) ».

Pour y réussir, il est nécessaire de privilégier la fréquentation des lieux et des espaces de piété comme la mosquée (hommes) en y priant en congrégation, surtout les salat al fadjr, al ansr et al insha’; de consacrer aussi du temps aux rappels et aux études ; d’abandonner les espaces et lieux de péchés favorisant l’attirance et la pratique des interdits. Cela va de soi que les choix des fréquentations humaines sont déterminantes dans la diminution ou l’augmentation de notre foi.  De plus Dieu nous recommande de patienter « en restant avec ceux qui invoquent leur Seigneur matin et soir, désirant Sa face » et de ne pas obéir « à celui dont Nous (Allah) avons rendu le cœur inattentif à Notre rappel, qui poursuit sa passion et dont le comportement est outrancier » (S18VV28).

L’auto-évaluation de soi permet de progresser, de penser à la mort, d’œuvrer pour l’au-delà. Et comme nous avons des hauts et des bas, nous ferons confiance à Allah, l’invoquerons afin qu’Il nous pardonne, accepte nos repentances, purifie nos actes et nos cœurs, affermisse et augmente notre foi. Prions pour que Dieu intensifie notre amour envers lui et le Prophète. Cet amour qui est une pierre angulaire et « douceur de la foi ». Ô Allah ! Fais-nous aimer la foi et embellis la dans nos cœurs,  fais nous détester la mécréance, la perversité et la désobéissance et que nous soyons parmi tes bien guidés ! Amine !

Par ASSAF MOHAMED SAHALI

Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!
Close