Contenu du journalCultureEdition 271

MEDINA FESTIVAL EDITION 2019 : Sous le signe du vivre ensemble dans l’espace Océan indien.

La 13e édition de Médina Festival, le plus vieux festival musical et culturel d’Anjouan qui comptabilise 15 ans d’existence, aura lieu du 7 au 9 juillet à Mutsamudu et Wani. Le festival, qui sera axé sur le thème du « Vivre ensemble », accueillera cette année une palette d’artistes régionaux et locaux pour permettre de gagner en rayonnement et en visibilité. Par KAY

Concocté par la radio Dzyialandze Mutsamudu et Mohamed Mansoib alias Pompidou depuis 2004, le festival n’a manqué que deux rendez-vous en 2007 et 2008 à cause de l’instabilité politique qui prévalait à l’époque dans l’île.
Aujoud’hui, Médina Festival n’a rien perdu de sa dimension régionale. Chaque année l’organisation arrive à mobiliser au moins 5 artistes ou groupes musicaux des îles de l’océan indien et de France sur deux plateaux : au stade de Mutsamudu et au stade Cazo de Wani. Plus de 10 000 spectateurs répondent présent chaque année aux deux mégas-concerts habituels, aux rythmes et aux sons endiablés du Salegy malgache, du Sega-Maloya mauriciens et réunionnais ou du folk-linga comorien.
Au fil des rendez-vous, Médina Festival qui se voulait n’être qu’une sympathique manifestation d’animation pour vacanciers à Anjouan, devient très vite un événement régional et même international avec des invités et des partenariats multiples. Des grands noms de la musique se bousculent à l’affiche à chaque édition. On citera au passage Djama, Jaojoby, Salim Ali Amir, Mtoro Chamou, Jerry Marcoss, Maalesh, Bwana Riziki, Baco Ali, Kristane Salem…
Cette année le festival tient à corriger certains critiques qui lui collaient à la peau comme le manque d’originalité et la qualité de ses choix artistiques. Tout en gardant son authenticité d’une fête populaire qui ne laisse personne de côté par la musique aux épices tropicales. Mais pas seulement… L’organisation donne cette année une place à l’émergence d’une nouvelle génération d’artistes locaux méconnus mais qui méritent un coup de pousse pour s’affirmer.
(Affiche qui reflète la nouvelle donne)
Watoro et Chance Music (Anjouan), Island Créative Group (Ngazidja) trois groupes dits de « Découverte » partageront le podium avec les têtes d’affiche : Wawa de Madagascar, David Saman de l’île de La Réunion et Latheral de Mayotte.
Une cérémonie d’ouverture différente par rapport à ce qui se passe d’habitude est aussi en prévue pour donner à cette édition ses apparats culturels et citoyens. Après la cérémonie d’ouverture, il y aura trois jours de festival avec le slogan « Vivre ensemble » qui fera assurement fureur. L’organisation confirme la présence des hôtes de marque comme le Maire d’Antananarivo (Madagascar) et celui de La POSSESION (La Réunion).
« Nous allons mettre en valeur la musique du terroir, d’aujourd’hui et hier, nos traditions pour montrer qu’en réalité nous sommes très proches les uns des autres, que la mer n’a pu nous séparer. Le Vivre Ensemble dans la zone Océan indien, se vit mieux ici, à Mutsamudu comme à Wani où l’on peut côtoyer, un Réunionnais, un Malgache ou un Mauricien sans faire la différence », d’après Mohamed Mansoib alias Pompidou. Les enjeux environnementaux et identitaires qui tirent leurs racines dans l’insularité restent les mêmes à Maurice, aux Comores, à Madagascar. Ce thème est initié en réalité par l’un des nouveaux partenaires stratégiques de Madina Festival, l’AVCOI, comme nous l’a expliqué Mohamed Mansoib : « cette année nous avons des nouveaux partenaires stratégiques qui vont désormais accompagner l’événement, je dirais grand merci à l’AVCOI ( Association des Villes et Collectivités de l’Océan Indien ), qui s’engage à nous aider chaque année à faire de Médina, un vrai rendez-vous festif et citoyen où on ne parlera plus que de la musique. On parlera aussi de changement climatique dans nos collectivités insulaires, la gestion des déchets, la préservation de nos cultures et de nos talents, des leviers de développement identifiable et chers à l’AVCOI. ».
Pour Pompidou (Mohamed Mansoib), il n’y a pas de raison que la fête ne soit pas au rendez-vous « Cette année nous avons la chance de compter à Anjouan une bonne sonorisation et une équipe technique experte pour assurer les coulisses d’un bon spectacle, tous les artistes invités ont confirmé leur présence et il y aura d’autres surprises, Car comme vous l’avez certainement constaté, l’affiche ne montre qu’une partie des participants, Nous réservons à notre public une cerise sur le gâteau qu’on ne va pas encore dévoiler » .
Un petit bémol tout de même qui risque de gâcher en partie cette année la fête : les deux concerts coïncident avec le début des épreuves du BAC.

Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close