Contenu du journalEdition 257Réligion

Les actions qui annulent le jeûne

Jeûner consiste à se retenir de faire certaines choses habituellement permises, depuis le moment de l’aube jusqu’au coucher du soleil. Faire une de ces choses annule le jeûne en cours. Lesquelles ?

La question qui se pose ici est cependant : quelles sont ces choses qui annulent le jeûne ? Manger, bien sûr. Mais se faire une injection de glucose annule-t-il également le jeûne ? et se mettre des gouttes dans les oreilles ?

Les textes des sources

Les textes des sources ont clairement spécifié qu’en état de jeûne (lequel dure de l’aube – fajr – jusqu’au coucher du soleil – ghurûb), on doit s’abstenir d’avaler un aliment, une boisson, et d’avoir des relations sexuelles. Les oulémas sont unanimes à dire que l’une de ces choses, faite volontairement, annule le jeûne. S’il y avait une raison valable (grande maladie, ou contrainte par la menace exercée par une tierce personne, etc.), il n’y aura alors pas de péché, bien que le jeûne soit annulé.

Sinon, s’il s’agit d’une raison non reconnue comme valable, et s’il s’agit d’un jeûne du ramadan, la personne aura commis le péché d’avoir annulé son jeûne.

Les oulémas sont quasi-unanimes à dire que toute chose matérielle qui est avalée volontairement (c’est-à-dire qui est introduite dans l’estomac par l’appareil bucco-pharyngal) annule le jeûne, qu’il s’agisse d’un aliment, d’un médicament ou de quelque chose qui n’est habituellement pas consommé (comme une boulette de papier, etc.)

La relation sexuelle

Le jeûne est annulé en cas d’orgasme complet provoqué par un acte du jeûneur tel qu’une accolade ou un baiser ou encore la masturbation : car cet acte constitue un cas qui se rapproche de la satisfaction du désir sexuel par une relation complète. Cependant, bien sûr, en cas d’orgasme provoqué par un rêve érotique, lors du sommeil, le jeûne reste valable.

Le baiser conjugales est autorisé s’il n’y a pas le risque que le jeûneur se laisse alors aller jusqu’à une relation sexuelle ou jusqu’à atteindre l’orgasme complet ; si par contre le risque existe, le jeûneur doit s’abstenir de tels actes (certains autres oulémas pensent que le critère “existence ou non du risque” sera pris en compte pour le jeûneur qui est âgé, tandis que le jeûneur qui est jeune, lui, doit s’abstenir systématiquement, car son jeune âge constitue une présomption de risque.

Vomissement et saignée par ventouse

D’autres actions annulent le jeûne tel que : le vomissement provoqué par le jeûneur. Le Prophète (S.A.W) a dit que “Celui qu’un vomissement domine [= qui vomit involontairement] alors qu’il jeûnait, n’a pas à remplacer son jeûne [= ce jeûne n’est pas annulé]. Cependant, celui qui vomit volontairement doit remplacer son jeûne [qui a donc été annulé]”.

Annule également le jeûne : la saignée par ventouse, ou ventousothérapie (hijâma) : La ventousothérapie, pratiquée pour des raisons thérapeutiques, consistait à se faire aspirer une certaine quantité de sang par un spécialiste. Ce type de saignée par ventouse annule-t-elle le jeûne ou pas ?

Le Prophète (S.A.W) a dit : L’une dit : “Celui qui pratique la ventousothérapie et celui qui se fait faire la ventousothérapie ont rompu leur jeûne”.

Manger et boire

En ce qui concerne la chose qui est introduite à l’intérieur du corps sans passer par le canal de l’appareil buccal, Il semble que cet avis fait une différence entre l’aliment et le médicament : l’aliment, c’est-à-dire “ce qui est nourrissant”, annule le jeûne de façon inconditionnelle, même s’il est absorbé par une voie autre que l’appareil buccal (et notamment par voie veineuse) ; par contre, le médicament n’annule le jeûne que s’il est absorbé par la bouche ou le nez, mais non par la voie oculaire, auditive, urinaire, ou veineuse. On note de plus que, selon les oulémas contemporains l’absorption, en cas de nécessité, d’une dose gazeuse de médicament contre l’asthme n’annule pas le jeûne, alors que l’absorption, toujours en cas de nécessité – et fût-ce par le nez –, d’un médicament liquide annule le jeûne.

Les menstrues

De même, si les menstrues ou les lochies surviennent à la femme, même juste avant le coucher du soleil, son jeûne est rompu.

Celui qui s’est réveillé jounoub (état d’éjaculation) d’un rapport ou autre, il fait le jeûne de ce jour et fait le ghousl – la grande ablution – pour la prière. D’après `A’ichah, que Allâh l’agrée, elle a dit :  [rapporté par Al-Boukhâriyy] ce qui signifie : « Le Messager de Allâh était atteint par l’aube alors qu’il était jounoub de sa femme puis il faisait le ghousl et il faisait le jeûne ».

Quand au regard interdit, le mensonge, la médisance, rapporter les paroles des uns aux autres pour semer la discorde ; ces choses annulent cependant la récompense du jeûne, comme le fait de rapporter les paroles des uns aux autres pour semer la discorde.

Enfin, Celui qui a rompu un jour de jeûne de Ramadan sans excuse valable selon la religion s’est chargé d’un péché et du rattrapage immédiatement après Ramadan et le jour de l’Eid.

Par Dahalani Mohamed Oussein

Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close