Contenu du journalEdition 299Société

Le cas Me Ahmed Ben Ali et le veto de Me Mzimba

Si le bâtonnier du barreau de Moroni, Me Mzimba est enclin à fermer les yeux sur l’irrecevabilité des dossiers de ses amis souhaitant accéder à la fonction d’avocat, depuis près d’un an, il empêche un autre Comorien, de nationalité comorienne, avocat à la Réunion depuis plusieurs années et qui remplit toutes les conditions pour être inscrit au barreau de Moroni de prêter serment. Par Mahmoud Ibrahime

Incroyable et incompréhensible

C’est une histoire incroyable et incompréhensible. Personne ne pourrait dire quelles sont les raisons rationnelles qui expliquent jusqu’à ce jour le refus qu’essuie Maitre Ahmed Ben Ali de la part du bâtonnier du barreau de Moroni. Cela ne peut provenir que de raisons personnelles et non de la loi ou des procédures prévues. Sur ce cas, également, Me Ibrahim Mzimba a décidé de ne pas respecter la loi.

Cet avocat, originaire de Djomani dans le Mbude, est docteur en droit. Il a obtenu le Certificat d’Aptitude à la profession d’avocat (CARPA) en France en 2005 et exerce en tant qu’avocat au barreau de la Réunion depuis 2006. Il a déposé une demande de prestation de serment et d’inscription au barreau de Moroni en avril 2018. Certain que les règles seraient appliquées pour son cas, il a loué un local pour y installer son cabinet à Moroni. Mais, c’était sans compter sur l’acharnement du bâtonnier à refuser son inscription et jusqu’à aujourd’hui, il paye un bureau pour rien puisque Me Mzimba a décidé de ne jamais valider son dossier, et que les avocats qui restent encore dans le conseil de l’ordre n’osent pas aller à l’encontre d’une telle décision ou la dénoncer, au risque de le payer cher eux aussi. Après les deux mois de rigueur, n’ayant reçu aucune réponse du barreau, sa candidature a été considérée comme refusée.

Le bâtonnier veut des excuses publiques

Me Ahmed Ben Ali a tout de même patienté pendant un pendant laquelle il a essayé de négocier avec le bâtonnier et trouver un chemin conforme à la loi. En vain. Il a alors décidé de dénoncer cette emprise de Me Mzimba sur le barreau. Il l’a fait à travers des posts sur Facebook et sur la radio Facebook FM, dont le directeur, Abdallah Agwa, a également demandé des explications au bâtonnier. Ce dernier a affirmé sans ambages qu’il a refusé la prestation de serment de Me Ben Ali, car il est impossible de s’inscrire à deux barreaux différents. Mais, aucun de ses confrères n’est en mesure de lui fournir la référence juridique de ce refus parce qu’il n’y a aucune loi qui existe sur ce sujet.

Depuis, se rendant compte qu’il était dans l’illégalité en refusant d’inscrire au barreau un avocat qui remplit toutes les conditions, Me Mzimba exige des excuses publiques de la part d’Ahmed Ben Ali, estimant qu’il a été insulté sur Facebook quand l’avocat comorien a dénoncé ses méthodes à la tête du barreau. Toutefois, Me Ben Ali de présenter des excuses n’estimant pas l’avoir insulté, mais lui avoir juste rappelé la loi. Mais, pour le moment, c’est Me Ibrahim Mzimba qui tient le barreau, donc Me ben Ali risque d’attendre encore longtemps.

 

Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!
Close