Contenu du journalEdition 268Réligion

La zakat el-fitr

Masiwa – C’est quoi la zakat el-fitr?

Bilal Soidik – La Zakat El-Fitr c’est l’aumône qui doit être acquittée avant la prière de l’eïd el-fitr. Elle s’appelle aussi l’aumône sur le corps (Zakat Al-Abdan), car la référence pour son acquittement ce sont les personnes vivantes. C’est une aumône obligatoirepour toute tête vivante, homme, femme, petit ou grand. Même le bébé né avant l’heure de la prière de l’Ide El-Fitr. Il est rapporté par Abdallah Ibn Omar que « Le prophète paix et prière soient sur lui a ordonné la zakat de la rupture avec le Ramadan sur les gens, une Saa’ de datte ou de blé, obligatoire sur toute personne libre ou esclave, de sexe masculin ou féminin parmi les musulmans ». D’après nos savants cette aumône est donnée à la base de la nourriture la plus populaire pour une société donnée. Et elle est prise sur ce qui dépasse la nourriture du jour de l’eïd. Cela veut dire qu’une personne qui détient une quantité de nourriture au-delà de son besoin journalier doit aussi donner même s’il n’est pas riche.

Masiwa –Qui a l’obligation de la donner, et à qui ? La diaspora peut-elle l’envoyer ici ou la priorité est aux bénéficiaires du pays de résidence ?

 Bilal Soidik – La Zakat El-Fitr est due comme on a dit sur toute personne, mais la personne qui donne est le responsable qui nourrit la famille, la personne qui assure le repas de la rupture durant le ramadan, le père de la famille en général. Si une personne réside chez une personne qui lui donne à manger c’est à cette personne de donner pour lui la Zakat. Mais si le père de la famille ne peut s’acquitter pour la famille alors toute personne de la famille capable de donner peut payer pour lui-même s’il a de quoi se nourrir le jour de l’eïd.

Pour ce qui est de la diaspora, en fait la priorité réside sur les pauvres du pays de résidence, mais si la possibilité de trouver des pauvres n’est pas facilement offerte alors la Zakat peut être déplacée pour être donnée à des pauvres d’autres pays. Mais dans ce cas ce sera la valeur qui sera envoyéepour que la zakat soit sortie en nature par une personne ou entité chargé pour cela.

Masiwa –Quelle est sa mesure aux Comores ? Peut-elle être numéraire ?

 Bilal Soidik – La mesure de la Zakat est unique en naturecomme le prophète paix et prières soient sur lui a fixé. C’est la nourriture qui qui peut remplir le volume d’un Saa’ : un Saa’ c’est quatre muds, or un mud c’est la quantité qui peut remplir les deux mains pleines. Elle est fixée en volume et non pas en masse (kilo) car les nourritures n’ont pas la même masse volumique, mais après les ulemas ont fixé des mesures et ils ont divergé. Pour ce qui est du riz qui est normalement plus populaire comme repas aux Comores alors la moyenne entre les divergences de savants c’est deux kilos et demi par tête. Il y a ceux qui sont allés jusqu’à trois kilos par précaution vu que leur mesure atteint 2kilos 751, d’autres disent deux kilos seulement. La Zakat el-Fitr ne doit pas être donnée aux pauvres en numérairesselon l’avis de la majorité des savants, les trois imams (Chafiyi, Maliki, Hambali) sont unanimes que cette aumône doit être en nature. Seul Abu Hanifaadit que ça peut être en numéraire selon les circonstances. Comme le fait que ça doit être envoyé ailleurs. Mais après le pauvre va réceptionner en nature. La fixation d’un montant dans ce cas revient au Muftorat, chose qui n’est pas encore communiquée cette année à ma connaissance. Mais la personne peut estimer suivant la valeur de deux kilos et demi de riz. De préférence, la valeur du type de riz qu’on mange. Dans un verset Allah parle d’une expiation de l’engagement, et il a précisé que ça soit la moyenne que nous donnons comme nourriture à notre famille.

Masiwa –Quand doit-on s’en acquitter ?

 Bilal Soidik – On s’acquitte de la Zakat El-Fitraprès le coucher du soleil jusqu’au moment où les personnes partent pour la prière de l’eïd, comme intervalle large. Si les gens ont déjà prié l’eïd alors elle n’est pas considérée comme zakat, mais une aumône surérogatoire. Le temps le plus recommandé c’est après la prière du fadjr jusqu’à l’heure de l’eïd.

Masiwa –Quels sont ses mérites pour le jeûneur et les conséquences de ne pas s’en acquitter ?

 Bilal Soidik – Les mérites de cette zakat pour le jeûneur c’est le fait que ça purifie le jeûne de toutes les erreurs commises durant le mois du Ramadan, car les propos déplacés ou les paroles futiles entachent le jeûne, donc cette aumône est une forme de purification pour que ça soit accepté par Allah.Mais cette zakat permet aussi aux pauvres d’être joyeux ce jour béni, et ne pas vouloir demander aux autres ce jour-là.

Masiwa –La salât de l’eïde el-itrest-elle obligatoire ?

Bilal Soidik – Il y a une divergence, certains disent qu’elle n’est pas obligatoire mais elle est fortement recommandée,sunna muakada, car c’est le moment dont les bénédictions d’Allah descendent pour les jeûneurs du mois de Ramadan.D’autres savants disent qu’elle est une obligation kifaya (une obligation que certaines personnes suffisent pour les autres). Ce jour est surnommé chez Allah le jour de la récompense, yawumuLdjaizat.

Masiwa –Que faire si le musulman a raté cette prière en congrégation ?

 Bilal Soidik – Le musulman peut payer cette prière, que ça soit seul ou en groupe durant le jour de l’eïd. Il peut aussi laprier chez lui, comme il peut la prierdans un lieu de culte. La personne peut aussi la prier en deux rakaa comme il peut la prier en quatre rakaa comme Ali (qu’Allah soit satisfait de lui) l’a dit. De la même manière que la prière de vendredi on paye en priant quatre rakaa.

Masiwa –Au temps du prophète les femmes participaient à cette prière en congrégation. Ne faut-il pas encourager cette sunna au lieu de les reléguer dans les maisons ?

 Bilal Soidik – Le prophète, paix et prières soient sur lui, ordonnait aux femmes de participer à la prière, et demandait même que les jeunes filles en plein menstruation assistent sans prier, mais être à côté de ceux qui prient pour répondre aux invocations et profiter des bénédictions qui descendent. Mais aux Comores nous avons l’habitudede laisser les femmes à la maison et c’est une mauvaise habitude contre la sunna du prophète. Les femmes doivent préparer ce qu’elles préparent avant pour pouvoir assister la prière. Déjà la prière à l’époque du prophète se faisait dans un espace ouvert et non à la mosquée pour que les gens viennent en masse hommes et femmes.

Masiwa –Quelle est la meilleure formule de vœux le jour de l’eïd ?

 Bilal Soidik – Les meilleurs vœux c’est de demander qu’Allah accepte les œuvres. Les compagnons avaient l’habitude de dire « Qu’Allah accepte nos œuvres et les vôtres ». Taqabala Allah Minna Waminkum

Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close