Contenu du journalEdition 220EDUCATION

JOURNÉE DE L’ÉTUDIANT COMORIEN EN FRANCE

L’Association Comorimpact a organisé, en février dernier, la troisième édition de la journée de l’étudiant comorien en France à Sarcelles. Près de 200 personnes ont assisté aux deux conférences thématiques, sur l’entrepreneuriat et l’éducation. Un événement auquel différentes personnalités ont pris part, dont le maire de la ville de la ville, Patrick Haddad, qui a souligné «l’implication positive de la diaspora comorienne». Des stands ont agrémenté aussi la journée.

Malgré les difficultés dans les transports, près de 200 personnes ont fait le déplacement pour assister à la troisième édition de la journée de l’étudiant comorien en France, organisée par l’Association Comorimpact en partenariat avec l’Association Nalhac, Radio Dounia Web, la diaspora comorienne de France et la Marie de Sarcelles, samedi 16 février, à la Maison de l’Outre-mer.
Différentes personnalités y ont pris part, dont le maire de la ville de Sarcelles, Patrick Haddad. Dans son bref discours, il a souligné «l’implication positive de la diaspora comorienne dans les affaires associatives de Sarcelles». Il a rappelé aussi «la bonne image que les comoriens vivant en France ont toujours montré dans leur intégration et insertion dans la société française».
Le président du parti RIFAID, Wadaane Mahamoud ainsi que le président de la
Diaspora comorienne de France, représenté par son secrétaire, Djohar Abdou ont
fait aussi le déplacement. Ces deux derniers sont des habitués des évènements de Comorimpact.

L’évènement devait normalement commencer à 13H00 mais à la suite des problèmes de
transport, les activités ont débuté à 15H00.
En effet, ces difficultés de transport ont fait que plusieurs membres et partenaires associatifs
n’ont pas pu honorer de leur présence cette.
Les deux intervenants de la deuxième partie « Rencontre littéraire » notamment Dini Nassur
et Touhfat Mouhtare ont, par surcroît, désisté à la dernière minute pour des raisons
personnelles et familiales.
Ainsi, ces problèmes de transport et de désistement ont donc obligé l’équipe organisatrice
de l’évènement à revoir le programme de la journée.
De ce fait, la journée est organisée naturellement en deux parties au lieu de trois comme
c’était prévu :

La «Rencontre littéraire» n’étant pas possible, fortement intéressée, l’assistance a suivi les deux conférences thématiques. La première a porté sur l’entrepreneuriat. Dirigée par Docteur Nasser Ali Djambaé, elle a eu comme intervenants, FARIHANE ATTOUMANI, président-fondateur de NIKKOS (application semblable à Uber) et KAYOUM FANE, Président-fondateur de WHIRE.
La conférence s’est déroulée en deux parties. Ils se sont présentés brièvement en mettant en évidence leurs parcours respectifs. Ils ont ensuite brossé un tableau récapitulatif de leurs entreprises. Les conférenciers ont surtout évoqué ce qui leur a inspiré pour oser se lancer dans le monde de l’entreprise, tout en mettant en relief, leurs diverses réalisations et les difficultés rencontrées.

Après a suivi la séquence échange avec le public présent. Une séance de questions-réponses sur l’entrepreneuriat qui a été d’un très bon niveau et surtout très enrichissante, passionnante et remarquable avec la participation d’un public très motivé qui a su poser des questions pertinentes. Des questions qui ne sont pas restées sans réponse de la part des intervenants.

On peut difficilement parler de journée de l’étudiant sans présentation des travaux universitaires.
Modérée par l’écrivain Houssam Hassani, Nour Fahad, Doctorant en science de l’éducation à l’Université d’Amiens a abordé quelques aspects de sa thèse portant sur : «Le groupe professionnel des professeurs des écoles primaires comoriennes : modalités d’accès au métier, représentations du statut social et de la profession, au début du XXIe siècle», lors de cette deuxième conférence.

Comme d’habitude, plusieurs stands ont été mis à la disposition des participants durant la journée. Il y a eu «By Nyms, pour la vente des robes, la personnalisation de divers tissus» côté vêtements, «Presco» pour les accessoires personnalisés et vente de livres, «Ibn Musa» pour les boubous traditionnels (Kandu) et Comores en ligne qui se veut être l’Amazon des Comores, site de vente en
ligne d’aliments, des matériaux de construction et des crédits téléphoniques de Comores télécom & Telco aux Comores et en France.
L’évènement a été soutenu par les médias RTMC et Dunia Web.

Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!
Close