Contenu du journalEdition 306Société

Il était la voix des sans-grades

L’ancien premier ministre Halidi Abderemane Ibrahim a été inhumé le 26 février dernier sur ses terres natales à Bandracouni dans le Nyumakele en présence de personnalités politiques et religieuses et une foule d’anonymes venus des quatre coins de l’archipel. Le défunt a reçu les honneurs militaires avant de regagner sa dernière demeure. Par Faïssoili Abdou

L’histoire se termine là où elle a commencé. En effet, c’est à Bandracouni, un village en plein cœur du Nyumakele,  que naquit vers 1954, celui qui allait devenir un homme politique de premier plan dans l’archipel. Le jeune Djamil Halidi (son prénom de naissance) quitta très tôt sa région natale à la recherche du savoir. C’est ainsi qu’il atterrit à Ouani où il est accueilli  dans la famille d’un certain Abdou Madera, un ami de son papa, après son inscription à l’école primaire de M’rémani par Younoussa Bamana, l’ancien président du Conseil général de Mayotte, qui y était alors instituteur.

Ce contenu est verrouillé

Connectez-vous pour déverrouiller le contenu!

si vous n'êtes pas abonné cliquez ici pour vous abonner

Mots clés
Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!
Close