Contenu du journalCultureEdition 280

Hommage à Khadija Baramia, chanteuse de twarab

Mohamed Saleh, Anthropologue : « Khadija Baramia faisait partie des dernières artistes d’origine comorienne qui ont eu un impact considérable dans la société ».

Elle a éteint le micro. Sa voix s’est tue, mais elle continuera de résonner dans les oreilles des milliers de fans du twarab classique de Zanzibar, un art dans lequel Khadidja Baramia, artiste zanzibari d’origine comorienne, morte la semaine dernière, excellait. Cette femme « était parmi les défenseures jusqu’à la fin de sa vie du twarab asilia dont la survie est menacée par le twarab moderne, qui utilise les instruments de musique moderne avec des chansons souvent très crues », nous explique Mohamed Saleh dans cette interview en forme d’hommage qu’il a accepté d’accorder à Masiwa. Par Propos recueillis par Faïssoili Abdou

Ce contenu est verrouillé

Connectez-vous pour déverrouiller le contenu!

si vous n'êtes pas abonné cliquez ici pour vous abonner

Mots clés
Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close