Contenu du journalEdition 264OPINION

Contre l’engeance des intellos

Au service et aux ordres d’un pouvoir dictatorial qui les rétribue, ou leur promet des avantages, certains intellectuels comoriens mentent et excellent dans l’art de la perversion. Leurs voltes-faces, leurs renoncements, leurs reniements et leurs contradictions démontrent le cynisme qui les amène à vouloir dissimuler et confisquer la réalité. Ils soutiennent la violence d’État, l’arbitraire, la désorganisation et les injustices. Comme l’a écrit Michel Onfray dans Célébration du génie colérique: “aucun bénéficiaire d’un système n’aime l’insolent qui analyse et démontre les logiques dont procèdent ses avantages…” Pour eux, prendre le parti de la démocratie, du peuple et des victimes des injustices n’offre aucun bénéfice pour les carrières, les postes et l’accès aux différentes tables de la République.
Ces intellectuels ou cadres, comme on les appelle, ont compris que les places les plus convoitées sont réservées aux serviteurs les plus zélés, aux porteurs d’eau les plus obéissants et aux meilleurs domestiques. Voilà la vraie raison de leur engagement aux côtés d’un système qui les méprise, les dénigre et les humilie.
Contre cette engeance, il y a besoin urgent d’un courant qui s’oppose et résiste à la tentation. Celle-ci deviendra évidemment la cible de la meute qui ne fait que reproduire les même futilités et absurdités pour tenter de nous détourner de la brutalité d’un régime qui ne les écoute même pas. Ces diplômés, pour la plupart jeunes, n’ont pas le sens du tragique ni la logique du bon sens. Ils relativisent tout, dès que ça vient de ceux-là à qui ils obéissent. Ils estiment que le mal n’est si mal que ça, que la victime l’a bien cherché et que le bourreau n’a pas le choix. En fait, la douleur des autres ne les émeut pas, la misère du peuple ne leur regarde pas, la déchéance du pays n’est pas leur affaire.
Le 26 mai, ils seront tous là, au stade de Malouzini, bien sapés et tirés à quatre épingles pour assister à l’énième coup d’État de M. Azali. Ce jour-là, qui approche à grands pas, chacun d’eux voudra monter sur un piédestal qui le distinguerait et qui le permettrait de dépasser les autres pour être vu par le bienveillant dictateur. Mais le même jour, partout dans le monde, notamment en France, des milliers de comoriens libres et préoccupés par le désastre en train de s’abattre sur l’archipel, vont défendre la dignité de leur peuple et dénoncer la forfaiture. Ils seront la voix des opprimés de la dictature azaliste, des victimes de la justice arbitraire, des torturés de la PIGN devenue une milice du ministre de l’intérieur.
Oui nous serons nombreux à exprimer notre désolation, notre consternation et notre opposition à un homme qui a choisi le chaos du peuple afin d’assouvir son arrogance et ses désirs les plus fous. En mai 2016, dans une lettre adressée au président Azali, fraîchement élu, nous avions promis « d’accompagner les bonnes politiques publiques et soutenir celles et ceux qui incarneront l’imagination et le courage en faveur du peuple ». Hélas, nous voici aujourd’hui, contraints d’ouvrer pour son départ après avoir liquidé « les valeurs de démocratie, de justice, de paix et de développement ».
ALI MMADI

Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!
Close