Edition 281La UnePolitique

A 16 contre 16, Azali prend le pouvoir législatif

Mardi 3 septembre, au cours d’une session extraordinaire, l’Assemblée de l’Union des Comores, au grand complet, a voté la loi d’habilitation permettant au chef de l’État Azali Assoumani d’organiser les prochaines élections législatives par des ordonnances. En plus d’être qualifiée comme inconstitutionnelle par des députés et des juristes, cette loi a été votée grâce à un bluff incroyable du Président de l’Assemblée de l’Union, Abdou Ousseni qui, arguant de son titre de président de l’Assemblée s’est attribué deux voix, alors que ni la Constitution ni le règlement intérieur ne l’y autorise. Aucun député n’a réagi face à cette forfaiture.

Le parlement au complet

Pour la deuxième fois depuis 2016, le chef de l’État demande au Parlement de lui donner les pouvoirs législatifs. La première fois, après de nombreuses manœuvres, le gouvernement a reculé et décidé de ne pas présenter la loi d’habilitation pour éviter un rejet évident.

Ce contenu est verrouillé

Connectez-vous pour déverrouiller le contenu!

si vous n'êtes pas abonné cliquez ici pour vous abonner

Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close